PORT DE LA BURKA: FAUT-IL LEGIFERER?

Publié le par Barack Baréma Bocoum



Qu'en pensez-vous?

Publié dans Le débat des idées

Commenter cet article

Madieye MD 09/02/2010 01:27


Tout d'abord le port de la burqua a été par les talibans en Afghanistan donc je pense qu'il ne faudrait pas prété de confusion entre les musulmans pratiquants et les fanatiques islamistes et comme
dixit Président Obama"laissons les musulmans pratiquait leur religions" cela est difficle de dissocier les femmes consentantes des femmes soumises. Personnelement je suis pour liberté et je pense
que chacun est libre de faire ce qu'il veut tant qu'il ne gene pas les autres et le port de la burqua peut etre vue comme une sorte de margninalisation. En outre le port de la burqua peut être un
frein à l'intégration et à l'identité nationale pourtant on ne parle pas du "hijab" qui est un autre vétêments religieux rataché à l'islam pleine de couleurs. Ne Nous laissons pas manipuler par les
médias et les représentants politiques, le plus simple serait de trouver un compromis comme autorisé le port de la burqua uniqument dans un domaine privé et l'interdire sur les lieux publiques mais
bon il faudrait tout de même prendre son temps avant de légiférer afin de comprendre ce phénomène.


Sakina 08/02/2010 20:05


Bonjour à tous,

J'ai pris le soin de bien lire tous les commentaires, tous enrichissants.

Pour ma part, je pense que le port de la burqa date d'il y a un bon moment. Il a n'y a pas eu une vague soudaine de "burqaïsation aigüe" ces dernières semaines. NON.
J'ai du mal à croire en la légitimité ET la bonne foi (si je puis dire) de ce débat quand on sait que les régionales approchent et que ce thème, cette peur sont un moyen pour certains de rallier
beaucoup à leur cause.

Bref, je m'égare, quoique pas tellement.

Anyway, mon avis: la burqa n'est pas une obligation comme l'est le voile. Seulement, certaines (une centaine femmes en France si je me trompe pas) ont choisi de le porter. J'ai toujours penser
qu'elles faisaient preuve de courage encore plus depuis que Bérangère Lefranc a publié son livre dans lequel elle raconte son expérience de 1 mois -juin- sous la burqa.
Cependant, dans la religion musulmane, le voile est porteur de discrétion or ma burqa attire le regard, souvent malveillant. Sur un petit nombre de points, on note bien que la burqa apporte
les effets inverse de ce que le voile voudrait.

Pour ce qui est de légiférer ou non, j'ai un avis "gris", encore aurait-il fallu que ce débat en soit un vrai et non une manière de détourner les citoyens des réels problèmes en pointant du doigt
les "fantômes islamisateurs".
 


Laure 06/02/2010 19:51


Tout a fait d'accord, il faut simplement interdire le port de Burka dans les sociétés occidentales et en particulier en France.


Junior 06/02/2010 07:02



Je trouve normal que dans un pays comme la france, si on veut y vivre, on doit sintegrer. Chacun peut garder sa culture ou ses principes, mai si cela va dans le secteur de la marginalisation, je
pense quil ya probleme. Je suis contre le port de la burka.



Barack Baréma Bocoum 05/02/2010 23:40


Tout d'abord merci pour vos interessants commentaires, ensuite  je comprends parfaitement la position de chacun de vous qui meritent je dirai une réflexion singulière dans ce contexte de
mondialisation qui nous préoccupe actullement.
En effet notre cher camarade David a soulevé une question qui me semble  veritablement pertinente, autrement dit " Que faire au lieu de légiférer le port de la burka?"
Nous pensons tous que le port de la burka pose 2 problemes essentielles: en premier lieu celui de l'integration et enfin celui du droit irréfragable des femmes. Dans ses deux cas de figure, il
faudrait trouver une réponse extrêmement inteligente afin d'apaiser les esprits.
Quant à moi tout en essayant d'analyser objectivement ce délicat sujet, je ne saurai apporter une réponse concrète mais j'ai la certitude qu'une interdiction rapide de la burka qui de sucroît sera
accompagner d'arguments islamophobes plutot que d'arguments conséquents, ne fera qu'empirer le problème au lieu de le solutionner en ce temps de crise. Espérons qu'à la montée des tensions se
subistituera un nouvel ordre celui du débat dans le respect des principes de laicité ainsi que des lois et coutumes de la France.

Cordialement
BBB