10 mai 1981: François Mitterand accède à l'Elysée" Portrait d'un Homme d'Etat français"

Publié le par Baréma Bocoum

http://pslasource.files.wordpress.com/2010/01/mitterand.jpg

 

François Mitterrand a joué, en tant qu’homme politique, un rôle considérable dans l’histoire de la Vème République et de la gauche. Du régime de Vichy et la Résistance à l’Elysée, son parcours est celui d’un jeune homme ambitieux. Celui qui a dirigé la France pendant quatorze ans laisse derrière lui de grandes avancées sociales pour son pays sans pour autant masquer quelques affaires troubles.

Sous le régime de Vichy et dans la Résistance


François Mitterrand est né en 1916. Issu d’une famille catholique, il va au collège Saint-Paul d’Angoulême avant de se lancer dans des études de droit et de sciences politiques. Il décroche un diplôme de droit public en 1937 et est mobilisé en 1939. Blessé, il est fait prisonnier en Allemagne. Il tente plusieurs fois de s’échapper et y parvient lors d’un transfert en camp de représailles en 1941. Il rejoint la France et la Résistance. En 1942, il travaille à la Légion des combattants et volontaires de la révolution nationale, puis au Commissariat au reclassement des prisonniers de guerre sous le régime de Vichy.

Il démissionne du Commissariat en janvier 1943. On lui décerne la francisque, la plus haute décoration du gouvernement du maréchal Pétain. Il l’aurait acceptée pour ne pas dévoiler son appartenance à la Résistance. Peu après, Mitterrand entre dans la clandestinité. Il participe en 1944 à l'éphémère "gouvernement des secrétaires généraux", que le général de Gaulle souhaitait mettre en place jusqu'à l'installation d’un gouvernement provisoire à Paris. Du côté de sa vie privée, il épouse Danielle Gouze le 27 octobre 1944 dont il aura deux fils.

Ses débuts en politique


Après la libération de la France, François Mitterrand se lance dans la politique. Il devient député de la Nièvre en 1946. Un an plus tard, il est nommé ministre des anciens combattants. C’est le plus jeune ministre de France ! On lui confie ensuite différents postes notamment au ministère de la France d'outre-mer et à celui de l’Information. A cette époque, François Mitterrand adopte une position très favorable à l’autonomie des colonies et s’oppose aux politiques de répression en Tunisie et au Maroc. Dans le gouvernement Mendès France, il est ministre de l’Intérieur puis ministre de la justice dans celui de Guy Mollet.

En 1958, François Mitterrand, farouche opposant à De Gaulle, soutient le non à la Constitution. Il n’hésite pas à qualifier le général de dictateur. Mitterrand est élu en 1959 maire de Château-Chinon et sénateur de la Nièvre. Cette même année, il organise un "faux" attentat afin de faire remonter sa cote de popularité. 

Une ambition : la Présidence de la République

 
François Mitterrand est réélu député de la Nièvre en novembre 1962. Deux ans plus tard, il devient président du Conseil général de ce même département. Il continue de nourrir de grandes ambitions politiques et attend que les événements tournent en sa faveur. En 1965, il se présente aux élections présidentielles. Bien qu’il obtienne un très bon score (45% des suffrages au second tour), Mitterrand est battu par le Général de Gaulle.

Conscient qu’il lui faut s’appuyer sur un parti solide, il cherche à rassembler la gauche. Lors du Congrès d’Epinay en 1971, il réussit à réunir la Convention des Institutions Républicaines et le Parti socialiste pour former un nouveau Parti socialiste. Il prend alors le poste de secrétaire de ce parti. Cependant le nouvel homme fort de la gauche ne parvient pas à s’imposer face à Valéry Giscard d’Estaing aux élections présidentielles anticipées de 1974. Dans les années suivant 1975, le PS remporte de bons résultats aux élections cantonales et municipales. Des dissensions se font sentir entre les socialistes et les communistes. C’est sans leur appui que Mitterrand se présente aux  élections présidentielles de 1981.

Un double septennat


Le 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République et prend sa revanche sur Valéry Giscard d’Estaing. Il nomme dans la foulée Pierre Mauroy Premier ministre. Mitterrand est facilement réélu le 8 mai 1988. Ses mandats présidentiels seront marqués par plusieurs cohabitations : première cohabitation de 1986 à 1988 avec Jacques Chirac comme Premier ministre, et deuxième de 1993 à 1995 avec Edouard Balladur.

Au début des années 1990, on apprendra que le président a une fille, Mazarine, de sa liaison avec Annie Pingeot.

De sa longue présidence, on retient de grandes avancées sociales : abolition de la peine de mort en 1982, la semaine des 39 heures, la cinquième semaine de congés payés, l’instauration du RMI, la retraite à 60 ans… sans compter la commande et la réalisation de prestigieux édifices comme la pyramide du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et l’Arche de la Défense.

La fin de son deuxième septennat est assombrie par des scandales financiers, le suicide de Pierre Bérégovoy, un de ses fidèles partisans, et par une polémique sur son rôle sous le gouvernement de Vichy. François Mitterrand est atteint d’un cancer de la prostate au début des années 1980. Cela ne l’empêche pas de mener à bien son deuxième mandat présidentiel. Il cède sa place à l’Elysée à Jacques Chirac en 1995. Il décède des suites de sa maladie le 8 janvier 1996. Il est enterré quelques jours plus tard à Jarnac, en Charente.

 
Personnage monumental de la Vème République, François Mitterrand a été un homme de secrets. Depuis sa mort, on n’en finit pas de mettre à jour des affaires tenues secrètes et de découvrir l’étendue de sa double vie. Tantôt bavard, tantôt hautain et cynique, tantôt avenant, tantôt stoïque …sa personnalité complexe a longtemps intrigué et fasciné ses opposants comme ses fidèles partisans.

 

Source: www.linternaute.com

Commenter cet article